Quantcast
Medecine

Covid-19: Faut-il augmenter la distance sociale de deux à trois mètres?

Source

Combien de fois avez-vous fait la queue et avez-vous senti une personne fumer à plusieurs mètres de là ?

Imaginez maintenant que vous inhalez le COVID.

C’est ce qui préoccupe le Dr Julian Tang, virologue à l’université de Leicester.

Selon lui, chaque souffle expiré par une personne présentant des symptômes de COVID peut contenir 200 particules virales – et nous devons repenser notre approche de la distanciation sociale.

Selon le Dr Tang, les anciennes règles qui ont permis de maîtriser l’épidémie lors de la première vague pourraient ne pas suffire pour la nouvelle variante plus transmissible du virus cette fois-ci.

Plus les gens restent à l’écart, plus le risque de propagation du virus est faible.

C’est particulièrement important à cette époque de l’année.

Le temps froid et l’absence de soleil stérilisant font que le virus survit plus longtemps à l’extérieur.

Selon la science, le risque de transmission à l’extérieur est environ 20 fois plus faible qu’à l’intérieur.

Même une légère brise aide à disperser la plupart des particules virales qui pendent dans l’air.

Le risque est faible, mais il n’est pas nul.

L’analyse de plus de 300 cas de transmission en Chine au début de la pandémie n’a révélé qu’un seul cas d’infection à l’extérieur.

C’est ce qui se passe. Et probablement plus souvent que ne le suggère cette étude.

Le Dr Tang recommande une nouvelle distance de sécurité de 3 m.

Et lorsque ce n’est pas possible, il recommande aux gens de porter un masque. Oui, même à l’extérieur.

Tous les scientifiques ne sont pas d’accord.

Certains avertissent que lorsque les masques sont mouillés, soit par la pluie, soit par l’humidité condensée de la respiration, ils deviennent inefficaces.

Loading...