Quantcast
Medecine

Voici pourquoi le nouveau variant du Covid est plus dangereux

Source

La mutation pourrait être en moyenne 56% plus contagieuse que le virus initial.

Elle est apparue pour la première fois en septembre 2020 au Royaume-Uni et, depuis, plusieurs pays ont détecté cette mutation Covid-19. Une variante qui est encore à l’étude, mais qui serait plus contagieuse que le virus original.

Selon une recherche menée par une équipe de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, cette variante sera entre 50 et 74% plus contagieuse que la variante initiale, en moyenne 56% plus contagieuse. À l’origine de cette augmentation, une mutation de la protéine de pointe du virus (N501Y) qui facilite sa transmission d’homme à homme.

Mais une variante plus contagieuse pourrait-elle être plus dangereuse qu’une autre plus mortelle ? Oui.

Imaginez que la variation ait un taux de mortalité de 50 % supérieur à celui du virus initial, mais que le taux de contagion soit le même. Naturellement, il y aurait une augmentation du nombre de décès, mais il s’agirait d’une augmentation constante dans le temps.

Cette stabilité est impossible lorsque le virus est plus contagieux car chaque personne infectée infecte de plus en plus de personnes. Selon les données du journal Le Monde, si l’on estime, par exemple, que le temps d’incubation (c’est-à-dire la période pendant laquelle on contamine une autre personne après avoir été exposé au virus) est en moyenne de six jours, en trente jours il y a une augmentation de 50% de la contagiosité, donc à chaque infection il y a une augmentation exponentielle de 50% qui croît successivement. Par conséquent, les hôpitaux sont surchargés et ne peuvent répondre aux cas les plus graves de la maladie.

Le même journal explique également que si la forte contagiosité de cette nouvelle variante se confirme, il sera probablement plus difficile de contrôler la pandémie par rapport au printemps 2020. De plus, les mesures de restriction publique prises depuis un peu moins d’un an ne seront pas suffisantes.

Les données sur l’évolution épidémiologique au Royaume-Uni le montrent avec une augmentation radicale du nombre de cas qui a conduit à un confinement qui s’avère insuffisant.

Loading...