Quantcast
Medecine

« Le virus du Chapare est une maladie qui peut se propager entre les humains » alertent les scientifiques

Source

Une maladie mortelle de type Ebola, présente en Bolivie, peut se transmettre d’une personne à l’autre, ont mis en garde lundi les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Connue sous le nom de virus Chapare, l’infection provoque de fortes fièvres, des douleurs abdominales, des saignements des gencives, des douleurs oculaires et des éruptions cutanées.

Un seul cas a été signalé dans la province bolivienne qui a donné son nom à la maladie en 2003, après que celle-ci ait fait le saut des animaux – apparemment par les morsures ou les griffures de rongeurs – aux humains.

Mais maintenant, le CDC a confirmé lors d’une conférence lundi qu’elle est réapparue en 2019 et s’est propagée d’un patient à quatre autres – et trois des cinq cas totaux se sont avérés mortels, a rapporté LiveScience.

Si cela ressemble au  coronavirus , ce n’est pas le cas, affirment les responsables du CDC. Ils notent que les fièvres hémorragiques comme le Chapare et l’Ebola se répandent très rarement car elles présentent des symptômes immédiats et évidents et souvent, malheureusement, elles deviennent fatales avant d’avoir pu se propager.

Et la plupart des personnes qui sont mortes lors de l’épidémie de 2019 n’étaient pas des contacts aléatoires et non traçables, mais des travailleurs de la santé qui ont dû interagir avec la personne infectée dans le cadre de leurs soins.

Avec les cas supplémentaires confirmés du virus Chapare, il n’y a eu que six cas connus à ce jour.

Après le cas initial, il y a près de deux décennies, le virus semblait avoir disparu.

Mais l’année dernière, un hôpital près de La Paz, la capitale bolivienne, a contacté les enquêteurs du CDC.

Ils avaient constaté un étrange ensemble de maladies et soupçonnaient la dengue, une maladie courante transmise par les moustiques dans les régions tropicales.

Comme le virus Ebola, la dengue peut provoquer des douleurs abdominales et des nausées, des douleurs derrière les yeux, des courbatures et des douleurs dans les articulations et les muscles et, si elle évolue vers une forme plus grave, des hémorragies internes pouvant être mortelles.

Mais lorsque les scientifiques boliviens ont testé les échantillons prélevés sur les cinq patients, ils se sont révélés complètement négatifs pour la dengue, ainsi que pour tout un panel d’autres infections trouvées dans la région, y compris d’autres fièvres hémorragiques et la fièvre jaune.

L’hôpital n’avait pas de test – un profil qui réagit à un pathogène donné – pour le virus Chapare, qui n’avait été détecté qu’une seule fois chez l’homme.

Mais le CDC l’a fait, et chacun des cinq échantillons contenait des morceaux du matériel génétique du virus Chapare.

Et les similitudes et les changements dans les échantillons laissaient penser qu’ils étaient transmis d’une personne à l’autre.

Au travers de leur enquête, les scientifiques du CDC suspectent que la résidente médicale décédée lors de l’épidémie a probablement transmis le virus à l’ambulancier qui l’a réanimée par réanimation cardio-respiratoire en route vers l’hôpital, permettant ainsi la transmission du virus par les fluides corporels.

Les excréments de rongeurs trouvés près du domicile de la première patiente décédée contenaient également le virus, ce qui suggère la voie par laquelle le virus a fait le saut des animaux aux humains.

Un patient qui a survécu avait encore des niveaux détectables de Chapare dans son sperme, 168 jours après l’avoir attrapé.

Les résultats sont effrayants pour deux raisons : le virus peut se transmettre d’homme à homme – le mode de transmission qui a permis à COVID-19 de devenir une pandémie – et il peut persister, du moins à l’état de traces, pendant longtemps.

Jusqu’à présent, quatre personnes sur six qui ont eu le Chapare sont mortes.

Bien que cela rende le virus exponentiellement plus mortel que le coronavirus, cela signifie également que le virus a moins de chances de se propager.

C’est aussi une maladie très symptomatique, et les symptômes apparaissent presque instantanément après l’infection.

C’est le contraire du coronavirus, pour lequel on estime que 40 % des cas sont asymptomatiques, ce qui en fait le virus « cauchemardesque » du Dr Anthony Fauci, le plus grand spécialiste américain des maladies infectieuses.

Loading...