Quantcast
Psycho & Sexualité

Cette femme demande le divorce parce que le pénis de son mari « est trop gros »

Source

Il y a quelque temps, nous avons publié un article disant que l’idée du mariage avant le sexe n’était pas si bonne que ça. C’est comme aller dans un parking et acheter une voiture sans la tester. Ce n’est pas parce que la voiture est neuve qu’elle sera automatiquement à la hauteur des attentes de l’acheteur dès qu’il s’assiéra derrière le volant et commencera à appuyer sur l’accélérateur. Un incident survenu cette semaine prouve que les relations sexuelles avant le mariage sont la meilleure politique.

Une femme nigériane a demandé le divorce de son mari parce qu’elle ne pouvait pas supporter la taille de son pénis, selon les médias nigérians.

Aisha Dannupawa, une femme au foyer et mère de trois enfants, a demandé à un tribunal de la charia de dissoudre son mariage d’une semaine avec Ali Maizinari dans l’État de Zamfara au Nigeria, en raison de son grand membre. Elle a déclaré au tribunal qu’elle avait épousé Maizinari après l’échec de son premier mariage.

Conformément à la tradition, avant de s’installer chez son mari, la mariée a été invitée à emménager dans la maison de ses parents. C’est lors de leurs premiers rapports sexuels qu’elle a affirmé que le traumatisme avait commencé.

« Quand il est venu, nous avons eu des rapports sexuels mais l’expérience a été un cauchemar. Au lieu d’apprécier le sexe, il s’est avéré que c’était autre chose parce que son pénis était trop gros », a-t-elle déclaré au tribunal.

Après leurs premiers ébats infructueux, elle a pris des médicaments que sa mère lui avait donnés.

« J’ai raconté l’expérience à ma mère, mais elle m’a dit de supporter et qu’avec le temps, je serai capable de faire face. Elle m’a ensuite donné des médicaments », a-t-elle déclaré aux médias nigérians.

Selon Dannupawa, le couple a de nouveau eu des relations sexuelles mais c’était « trop dur à supporter » et ils ont conclu qu’aucune drogue ne pouvait aider le processus sexuel ou leur mariage.

Le mari bien n’a pas nié l’accusation. Il a dit au tribunal qu’il était prêt à rompre l’union si sa dot et l’argent dépensé pendant la cour étaient remboursés.

Loading...